Sérapis

Page de référence : Répertoire des cultes et des mythes

D'origine asiatique, il était peut-être le dieu de la mer Shar-aphu. Son culte fut importé en Egypte où il prit le nom de Serapis et fut associé au culte d'Osiris, frère et mari d'Isis. Le culte de l'ancien dieu de la mer s'est répandu dans toute la Méditerranée et ses nombreux temples prirent le nom de Serapei.

En Sicile, le culte de Sérapis doit être arrivé en même temps que celui d'Isis, comme le démontrent les pièces de monnaie en bronze et les inscriptions que j'ai mentionnées en parlant d'Isis et du temple qui se trouve sous l'église de S. Pancrazio à Taormina. Cicéron (Verrine.I.II.160) parle d'un Serapeum dans un lieu central et fréquenté de Syracuse. En effet, les restes d'un sanctuaire antique, avec des caractéristiques différentes des sanctuaires typiquement helléniques, ont été découverts à Syracuse dans le quartier d'Acradina (le quartier principal de l'ancienne Syracuse). Que ce sanctuaire, connu sous le nom de "Ginnasio" car identifié dans le passé avec un gymnase romain, était en réalité un Serapeum, c'est-à-dire un temple dédié à Sérapis, serait corroboré non seulement par d'anciennes sources littéraires de l'époque républicaine (dont celle de Cicéron) qui parlent de la présence d'un Sérapéum à Syracuse, également à partir d'une inscription dédicacée à Sérapis trouvée non loin du sanctuaire. Des pièces de monnaie de l'époque romaine indiqueraient la présence du culte de Sérapis également à Menai [Ciaceri Emanuele : Culti e Miti dell'Antica Sicilia p. 263], près de l'actuel Mineo.

 Extrait du livre » Cultes de la Sicile antique” par Ignazio Caloggero ISBN: 9788832060102 © 2022 Centro Studi Helios srl

En vedette

Partage partage
Partager
Partager