Pluton

Agostino Carracci : Pluton – Galerie et musée Estense, Modène (1592)

 

Page de référence : Répertoire des cultes et des mythes

Origines du mythe

Pluton est la divinité des enfers, le seigneur des enfers et son nom signifie «les riches», comme pour suggérer la richesse du sous-sol. En fait, son nom était à l'origine Hadès qui signifie «l'invisible», mais il n'était quasiment jamais mentionné et Pluton était l'un de ses surnoms, peut-être utilisé pour tempérer un peu, au moins dans le nom, l'aspect lié à la mort. . Le nom Hadès, au fil du temps, a été utilisé pour indiquer le royaume des morts.

Pluton était le fils de Cronos et Rhea, puis le frère de Zeus, Poséidon, Héra, Estia et Déméter. Après l'épuisement de son père, dans la division du monde qui a suivi, il a touché le royaume souterrain, à savoir le Tartare. Pluton règne en maître sur les morts et Charon le passeur est sous ses ordres, qui a pour tâche de transporter les morts d'une rive à l'autre de l'Achéron. Les morts ont dû faire un don à Charon, et c'est sur cette croyance que repose l'ancienne habitude de mettre une pièce de monnaie dans la bouche des cadavres avant l'enterrement.

Cette habitude devait être préservée même à des époques proches de nous, comme le démontre un conte populaire sicilien recueilli par Pitrè [Fiabe Novelle e Racconti Popolari Siciliani Vol IV p. XXVII]. L'histoire parle d'un très mauvais roi, nommé Guillaume (lu malu Gugghiermu), qui faisait voler à ses sujets tout l'or, l'argent et, comme si cela ne suffisait pas, même les pièces de cuivre. Au lieu de cela, il fit frapper des pièces de monnaie en cuir, ordonnant que seules celles-ci circulent dans le pays. Pour être sûr d'avoir dépouillé tous ses sujets, il inventa un stratagème : il fit mettre en vente à très bas prix un beau cheval, juste un bouclier d'or. Cependant, personne ne pouvait payer autrement qu'en argent du cuir, jusqu'à ce qu'arrive un garçon qui acheta le cheval et paya avec de l'argent en or. Le roi le fit emmener par ses gardes et lui demanda pourquoi il possédait des pièces d'or, puisqu'il avait donné l'ordre de les remettre toutes aux autorités. Le jeune homme raconta qu'il était allé déterrer le corps de son père pour récupérer la pièce d'or que sa mère avait placée dans la bouche de son mari au moment de l'enterrement ; ainsi le maléfique William apprit qu'aucune pièce d'or ne circulait désormais parmi les vivants.

Luca Giordano : L'Enlèvement de Proserpine (Palazzo Médicis Riccardi – Florence)

Pluton ne sortait pas souvent de la pègre, il profitait d'une de ses rares sorties pour kidnapper Perséphone, la fille de Déméter et le seul contact qu'il avait eu était avec Hermès qui lui conduisait les âmes des morts.

Culte en Sicile

En Sicile, il existe très peu de preuves de l’existence du culte de Pluton. Des vestiges de son culte se trouvent à Morgantina où, comme nous l'avons déjà dit en parlant d'Hermès, un sanctuaire dédié à Gaia, Pluton et Hermès a été identifié à proximité du théâtre antique. Cette découverte suggère un lien entre le culte de Gaia et celui de Pluton, qui pourrait être vu, d'une certaine manière, comme la personnification masculine de la terre elle-même, même si sous un aspect plus sombre car lié au concept de mort et associé aux enfers.

Le mythe dans le registre du TBI de la région de Sicile

Les lieux du Mythe de Pluton ont été inscrits par la Région Sicile dans le Registre LIM (Lieux d'Identité et de Mémoire de Sicile), secteur des Lieux de Mythe et Légendes.

Les lieux concernés sont :

  • Lac de Pergusa (d'Enna)
  • Source de la Ciane (de Syracuse)

La source de la Ciane a été insérée, parmi les lieux du mythe de Pluton, la source de Ciane, suite à la connexion de Pluton et de la nymphe Ciane qui, pour tenter de s'opposer à Pluton qui avait kidnappé l'apire Perséphone près du lac Pergusa, fut transformée dans une source : l'actuel torrent Ciane qui se trouve à Syracuse

 Extrait du livre » Cultes de la Sicile antique” par Ignazio Caloggero ISBN: 9788832060102 © 2022 Centro Studi Helios srl

En vedette

Partage partage
Partager
Partager