Ibla

par Ignazio Caloggero

Page de référence : Répertoire des cultes et des mythes

Origines du mythe

Il Solarino [Le comté de Modica Vol. I. p. 77] suggère qu'à l'époque des Sicani et des Siculi, il devait exister de nombreux sanctuaires consacrés au culte de la déesse Ibla et que, autour de certains d'entre eux, se sont ensuite regroupés des centres habités. En réalité il faut dire qu'il n'existe aucune information fiable sur le culte d'une divinité nommée Ibla. Di Blasi [Histoire du royaume de Sicile. vol. i.p. 62], citant l'historien Pausanias, écrit qu'à Ibla Galeote se trouvait un temple dédié à la déesse Ibla, vénérée par une corporation de prêtres, devins et experts en interprétation des rêves. Ces prêtres étaient surnommés « Galeots ».

Une pièce de monnaie conservée au monastère des pères Cassinesi à Catane montre d'un côté une femme voilée avec un ornement autour du cou (supposée être la déesse Ibla), derrière laquelle se trouve une abeille, et de l'autre une femme appuyée sur un poteau avec un vase à la main, un chien à ses pieds et l'inscription ΥΒΛΛΣ ΜΕΓΑΛΑΣ 

Au lieu de cela, nous avons des nouvelles de diverses localités ou villes portant un nom similaire, même si cela ne signifie pas qu'il existe une relation entre ces lieux et le culte de la déesse Ibla. Stefano Bizantino et Claudiano parlent d'un Ibla italien différent des siciliens. Les Germains avaient une divinité nommée Iludona ou Ibladana, gardienne des foyers (cette divinité germanique était également connue sous le nom de Hludana ou Hluthena et était également vénérée par les légionnaires romains stationnés en Allemagne) [A. Morelli: Dieux et mythes pag. 272] ; chez les Gaulois, il y avait la déesse Isbel, appelée aussi Belisana ou Belinuccia. Une localité irlandaise habitée par les Celtes s'appelait Ibla ou Iblana et une très célèbre Ebla existait en Syrie avant même qu'en Sicile on puisse parler de Sicani et de Siculi.

Les écrivains du passé n'ont jamais émis d'hypothèse de liens entre le culte de la déesse Ibla et la ville d'Ebla en Syrie, du fait que l'emplacement définitif d'Ebla n'a eu lieu que récemment, en 1968 par l'archéologue Paolo Matthiae et que les fouilles à cet endroit, ils ne sont pas encore terminés.

Les premiers établissements dans l'Ebla syrienne remontent à 3000/3500 avant JC et vers 2600 avant JC Ebla a couvert un rôle politique et commercial important. Elle fut détruite une première fois vers 2300/2200 avant JC et, après une phase de repousse, elle fut de nouveau détruite en 1600 avant JC Après la dernière destruction, la ville fut presque complètement abandonnée, perdant même ses habitants au cours de quelques siècles .

Une autre pièce Ibla similaire à la précédente d'origine incertaine (web)

Il est probable que, parmi les peuples arrivés en Sicile au IIe millénaire av. J.-C., il y eut des groupes venus de la puissante Ebla suite à l'une des destructions citées ci-dessus. Il est également concevable que certains de ces groupes, une fois arrivés à destination, aient voulu en quelque sorte conserver un souvenir de leur puissante patrie, donnant lieu au culte d'une divinité du même nom, transformée plus tard en Ibla.

Dans les temps anciens, il n'était pas rare de personnifier sa ville natale. A Rome, par exemple, il y avait un temple construit par Auguste en l'honneur de la déesse Roma, personnification et apothéose de la ville de Rome elle-même [EWStoll : Manuel des religions et de la mythologie des Grecs et des Romains. p. 315].

On pourrait aussi penser que la divinité dont le nom a été transformé plus tard en Ibla, était en fait vénérée par les gens qui ont émigré sur notre île.

L'une des hypothèses, qui justifierait la perte de traces de l'existence de cette déesse pourrait dépendre du fait qu'Ibla était une divinité tellurique, donc liée aux aspects de la nature comme l'était Déméter. L'affinité entre le culte d'Ibla et celui de Déméter fusionnera plus tard le culte d'Ibla dans celui de Déméter. Une autre hypothèse relie le culte d'Ibla à celui d'Aphrodite, protectrice de la fertilité comme de la beauté.

Le fait qu'Ibla ait été associée tantôt à Déméter, tantôt à Aphrodite, n'est peut-être pas accidentel ; en fait, une divinité qui, de par ses caractéristiques, semble avoir donné naissance aux divinités de Déméter et d'Aphrodite, est la déesse assyro-babylonienne Isthar (qui à son tour semble avoir ses origines dans la déesse sumérienne de l'amour Innana). Cette déesse est, à la fois, déesse de l'amour et de la fertilité, mais c'est aussi une divinité guerrière. Tout comme le dieu des enfers kidnappe la fille de Déméter, la mort kidnappe le fils-amant d'Isthar, la forçant à se rendre aux enfers pour récupérer sa bien-aimée. Même les Babyloniens, en l'honneur d'Isthar, accomplissaient un rite semblable à celui pratiqué dans les fêtes éleusiniennes en l'honneur de Déméter : le rite sexuel public entre la prêtresse et le roi. Il y a aussi des éléments qui lient Isthar à Aphrodite : la prostitution sacrée des prêtresses et la colombe, sacrée pour les deux divinités. Peut-être n'est-ce même pas un hasard si le sanctuaire majeur de la ville d'Ebla était dédié à Isthar, comme le suggère la découverte d'un buste de statue votive que le prince d'Ebla, Ibbit-Lim dédiait à cette déesse [Paolo Matthiae : Découvertes de l'archéologie orientale p. 38]. 

En effet, en analysant les aspects qui caractérisent les cultes de la sicilienne Ibla, de Déméter, de Vénus Ericina, de la carthaginoise Tanit, du phénix Astarté, de la déesse assyro-babylonienne Isthar, de la sumérienne Innana, de l'égyptienne Isis et en générale de toutes les "grandes mères", il est difficile de ne pas penser à toutes ces divinités comme une sorte de grand "fleuve syncrétique" qui, partant d'une seule montagne située au sommet du monde (la grande mère), coule sur la planète entière, changeant son nom en fonction du temps et du lieu et s'adaptant à la psychologie des gens qui ont la chance de vivre sur ses rives.

Extrait du livre » Cultes de la Sicile antique” par Ignazio Caloggero ISBN: 9788832060102 © 2022 Centro Studi Helios srl

En vedette

Partage partage
Partager

Avis clients

5
0%
4
0%
3
0%
2
0%
1
0%
0
0%

    Soyez sympa! Laissez un commentaire

    Merci d'avoir soumis votre commentaire !
    Partager