Fort de Capo Passero
Street View (le cas échéant)
Description

Fort de Capo Passero

Propriété à l'origine de la Couronne d'Espagne, elle fut mandatée par la Députation du Royaume, alors présidée par le vice-roi Marcantonio Colonna, lors d'une réunion tenue en avril 1583, pour combattre les activités des pirates turco-barbaresques, très violents à l'époque sur la Capo Passero. Les pirates, en effet, au cap s'approvisionnaient en eau et pillaient la région, prenant parfois les Européens qu'ils rencontraient en esclavage. Par conséquent, l'ingénieur Giovanni Antonio del Nobile, un Allemand, à partir de 1572 "ingénieur majeur" au nom du Royaume de Sicile, fut chargé d'aller à Capo Passero "pour reconnaître avec diligence les tours et les forts dans le besoin, pour la découverte des criques , correspondance des signes et une plus grande sécurité de cette partie ". Cependant, ce n'est qu'en 1596 que la Députation revint pour s'occuper de l'affaire, s'engageant à "mettre en exécution les travaux longtemps acquis d'un fort désigné à Capo Passero" et budgétisant une dépense de 18.000 1599 écus. Le chantier ne fut en fait ouvert qu'en 1600, sous la direction de l'ingénieur royal Diego Sánchez, mais fut fermé l'année suivante, faute de fonds. En juillet 21.000, le Parlement sicilien parvient à recueillir 1603 1607 écus sur les terres du royaume, qu'il décide d'offrir au roi Philippe III d'Espagne pour « fortifier le Capo Passero ». Le chantier fut donc rouvert en 2 et achevé en 1607, sous la direction de l'ingénieur Giulio Lasso. Enfin, le blason royal, en grès, était placé au-dessus du portail d'entrée. Quelques jours après l'achèvement du fort, le vice-roi Juan Fernández Pacheco y Toledo arriva le XNUMX octobre XNUMX.

Au XVIIIe siècle, le fort servait de prison aux soldats qui avaient eu des démêlés avec la justice. Il conserva sa fonction défensive au moins jusqu'en 1830.

En vertu de l'arrêté royal du 30 décembre 1866, le fort de Capo Passero, ainsi que de nombreux autres bâtiments militaires de l'ancien royaume d'Italie, ont cessé d'être considérés comme un ouvrage de fortification.

En 1871, un petit phare est construit sur la terrasse, dont le fonctionnement est assuré par du personnel de la marine italienne.

À la fin des années cinquante du XXe siècle, le système d'éclairage du phare a été rendu automatique: c'est ainsi que le service de gardiennage a également été supprimé.

Le fort a été restauré entre 2005 et 2007, dans le cadre du financement Por Sicilia 2000-2006

 

Le fort est placé sur le point le plus élevé de l'île et repose sur une partie massive de celle-ci roche calcaire qui caractérise l'île. Le périmètre est carré, avec des côtés de 35 mètres. La base s'élève du niveau du sol sur 4 mètres et n'a pas d'ouvertures. L'étage supérieur n'est accessible que par un escalier, maintenant en forme de L, mais à l'origine droit. L'escalier, situé côté est, a été interrompu à quelques mètres de la porte d'entrée, accessible par un pont-levis. Au-dessus du portail se trouvent les armoiries de Frédéric III d'Espagne. Les murs extérieurs sont constitués de pierres calcaires enduites et de blocs de grès aux angles. À l'intérieur, il y a une cour, également carrée, d'environ 12 mètres de côté. Un système de gouttières amenait les eaux de pluie dans une citerne, placée au centre de la cour.

Au rez-de-chaussée se trouvent quinze pièces, sans ouverture sur l'extérieur, éclairées uniquement par des ouvertures sur la cour intérieure. Les coins correspondent à des environnements carrés avec coffres. Les autres pièces sont rectangulaires, avec voûte en berceau. Il y a une chapelle dédiée à la Vierge de l'Annonciation, tandis que les autres pièces de ce niveau représentaient les logements de l'aumônier et des soldats.  Sur l'architrave placée à l'entrée d'un des logements se trouve l'inscription suivante :

« Melius est envy urgeri quam commiseratione regrette. 1701. "

A l'étage se trouvent seize pièces, elles aussi pratiquement sans ouvertures sur l'extérieur, à l'exception de huit petites fenêtres placées sur les quatre côtés du fort, disposées sans rechercher la symétrie. Par rapport à la répartition du rez-de-chaussée, les écarts sont faibles. Les chambres du premier étage abritaient le commandant et les officiers, et sont dégagées par une galerie soutenue par de larges étagères.

Sur la terrasse était placée l'artillerie. Au coin nord-est, à partir de 1871, un petit phare se dresse, avec une portée lumineuse de 10,8 milles marins.

Insertion de la carte: Ignazio Caloggero

Contributions d'information: Web, Région de Sicile 

Photo : Di Pequod76 - Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61515554 

Note: Le peuplement des fiches de la base de données Patrimoine se déroule par phases incrémentales: catalogage, géoréférencement, insertion d'informations et d'images. Le bien culturel en question a été catalogué et les premières informations ont été saisies. Afin d'enrichir le contenu de l'information, d'autres contributions sont les bienvenues, si vous le souhaitez, vous pouvez contribuer via notre espace "Vos contributions"

Avis de non-responsabilité

Évaluer (1 à 5)
0.000
Envoyer un avis à l'éditeur
[contact-form-7 id = "18385"]
Partager