Mythes et légendes cultes de la Sicile antique
présentation 

 Je n'appartiens pas à la catégorie des historiens, je n'ai pas la présomption de les remplacer, mais je me caractérise par un grand amour et une grande passion pour l'histoire. Ce livre s'adresse en effet à toutes ces personnes qui, comme moi, aiment la connaissance mais n'ont pas l'opportunité (ni l'envie) de s'engager dans de longues recherches ou de lire des centaines de livres.

Ce modeste travail de la mienne est le résultat d'une analyse minutieuse et engagée de divers travaux qui concernent principalement les trois secteurs de la mythologie, de l'archéologie et du folklore. Quand j'ai commencé à l'écrire, mon objectif était de connaître les mythes de l'ancienne Sicile et de voir comment les traces de certains d'entre eux influencent encore aujourd'hui notre culture et notre religion. À l'heure actuelle, je n'ai réussi que partiellement à atteindre mon objectif. Je devrais continuer à parcourir la Sicile, afin de trouver, parmi quelles sont les manifestations populaires, les traces d'un paganisme mourant qui n'est pas encore éteint. En tout cas, je me promets de rouvrir la discussion dans le futur, je l'espère pas très loin.

Parmi les auteurs étudiés et consultés par moi, je peux citer les classiques tels que Diodorus Siculus, Thucydide, Pausanias, Cicéron, Hérodote, Plutarque, des érudits du passé comme Fazello, Di-Blasi, Ettore Pais, Adolfo Holm, Giuseppe Pitrè, Salomone Marino, Emanuele Ciaceri, Biagio Pace, mais aussi les auteurs les plus proches de nous tels qu'Ambrogio Donini, Vincenzo Facchini, Bernabò Brea, Vincenzo Tusa, Ernesto De Miro, Paolo Matthiae et d'autres. Je tiens à souligner que ce travail n'est pas simplement un simple résumé de ce que d'autres auteurs ont écrit, mais, au contraire, il y a un intense travail d '"analyse comparative", qui, avec l'identification d'une série d'éléments liés les uns aux autres, dans les trois secteurs soumis à l'analyse, m'ont permis d'identifier des relations qui avaient échappé aux savants du passé, non, certainement en raison de leur incapacité, mais parce qu'à l'époque, ils n'étaient pas en possession de toutes les informations dont, au contraire, nous, aujourd'hui, nous avons, à l'instar des découvertes archéologiques plus ou moins récentes qui nous permettent d'identifier, avec plus de précision, la diffusion de certains cultes. 

 Ce document est né à l'origine comme une annexe à un autre de mes travaux, de plus grande dimension et engagement, à savoir l'histoire de la Sicile, également vue en termes de contes légendaires. J'ai cependant réalisé qu'en tant qu'appendice, il était trop volumineux, j'ai donc décidé de le considérer comme une œuvre autonome.

Le but ultime qui m'a poussé à étudier l'histoire, et donc aussi la religion, était d'en apprendre davantage sur la nature humaine. Chaque homme, pris individuellement, est en fait la conséquence de nombreux facteurs, notamment environnementaux, qui l'accompagneront tout au long de sa vie. Il apporte avec lui un bagage à la création duquel ont contribué le milieu environnant, les parents, l'école, les amitiés importantes, la société, mais aussi le type d'éducation religieuse qu'il a reçue (surtout dans sa jeunesse).

L'étendue et la manière dont chacun de ces éléments extérieurs a contribué à la formation de nos bagages marqueront, que nous le voulions ou non, toute notre existence. Heureusement, chaque homme donnera une touche «personnelle» à sa vie, car sinon, nous deviendrions de simples spectateurs passifs de ce film qui est notre vie même. À cet égard, un de mes amis marins a déclaré:

« .. si on se rend compte que le destin est notre seul directeur, ce qui reste, sinon se laisser rouler, par l'apathie de vivre.. " 

 L '«Histoire» est faite par l'homme, par l'individu unique, et est la conséquence de toute son expérience. Essayer de comprendre l'homme aujourd'hui, sans connaître son passé, c'est comme prétendre vouloir construire le toit d'une maison sans en avoir posé les fondations. Histoire est l'homme, est la conséquence de son émotivité, de ses peurs, de ses rêves, de son amour/haine envers son prochain et, bien sûr, de ses superstitions (religieuses et autres).

Il est vrai que, quand on parle d'hommes, une bonne dose de rigueur scientifique est de mise mais il est tout aussi vrai qu'on ne peut pas parler d'homme quels que soient ses rêves, ses peurs, ses superstitions et ses légendes qui l'ont toujours accompagné, car cela reviendrait à dépouiller l'humanité des vêtements qu'elle a toujours portés et qu'elle portera toujours. De plus, les événements historiques qui ont marqué la vie de nombreuses personnes ont souvent été la conséquence naturelle des rêves, des peurs et des superstitions de quelques-uns.

 Comment ne pas reconnaître que de nombreuses œuvres littéraires, dessins artistiques et structures architecturales du passé lointain, qui constituent notre principale richesse culturelle, existent parce qu'elles sont nées du désir que l'homme a toujours eu de se rapporter directement à Dieu. La Sicile ne propose pas seulement Soleil, mer (... et mafia!), Mais aussi les temples grandioses d'Agrigente, les splendides mosaïques de la Villa del Casale sur la Piazza Armerina, la superbe cathédrale de Monreale, le baroque hybléen (malheureusement peu connu) et celui de Noto, et bien d'autres plus encore, comme témoignage d'un passé dont on peut être fier, riche en foi et en amour pour les belles choses.

 Il ne fait aucun doute que les usages et coutumes populaires de l'époque où nous vivons portent les traces de la pensée religieuse transmise par nos ancêtres. Souvent, ce qui a changé n'est pas tant le type de rite, mais plutôt la divinité ou le saint à qui ce rite s'adresse. De cela, le clergé du passé savait que, si d'une part il acceptait que certaines croyances très anciennes continuaient à vivre, d'autre part il condamnait, sous la menace d'excommunication pour ceux qui les pratiquaient, celles qui dégénéraient en cérémonies licencieuses et non chrétiennes.

La raison pour laquelle l'Église a accepté que certains rituels païens soient mélangés avec des cérémonies religieuses chrétiennes est assez simple. Il s'est rendu compte qu'il serait impossible de dépouiller complètement un peuple des coutumes et traditions enracinées dans sa culture depuis des siècles ; si au contraire elle en avait accepté certains, non seulement il lui aurait été plus facile d'exercer un contrôle, mais, en même temps, elle aurait évité de perdre le soutien populaire.

 Le terrain fertile pour la naissance de la religion a probablement commencé lorsque L'homo erectus acquis les cognitions mentales qui justifient l'appellation de Sapiens, et a donc commencé à se percevoir non plus comme une simple entité biologique, mais aussi comme un sujet doté de capacités psychiques.

Au départ, selon les capacités intellectuelles limitées des premiers hommes, les manifestations religieuses s'inscrivaient dans un contexte essentiellement naturel. Tous ces phénomènes naturels qui ne peuvent pas être expliqués et sont difficiles à comprendre pour

l'intellect humain, était considéré, dans un certain sens, comme doté d'une âme et, par conséquent, facilement déizable. Ainsi, le soleil, la lune, le vent, les planètes, certaines rivières, montagnes et volcans ont été considérés.

Au moment où une explication rationnelle a été trouvée pour ces phénomènes naturels qui avaient été déités auparavant, l'homme a commencé à chercher autre chose, au-delà de la compréhension normale. Ici donc, nous assistons à une évolution anthropomorphique de la religion, dans laquelle les divinités cessent d'être de simples expressions de phénomènes naturels, et prennent une apparence physique (et pas seulement) semblable à celle de l'homme. À un certain moment, même cela ne suffit plus, et la religion évolue d'une forme polythéiste et animiste vers une forme universaliste et monothéiste, dans laquelle un grand Dieu remplace de nombreuses divinités.

En vérité, je ne pense pas qu'il y ait jamais eu d'évolution monothéiste de la religion dans un sens absolu. Les saints de la religion chrétienne, en effet, pourraient provenir de cette pensée religieuse qui voit un grand Dieu accompagné de toute une série de divinités mineures (un exemple classique est donné par la religion grecque, où Zeus domine tous les autres dieux de l'Olympe).

Au-delà des différences intellectuelles et expressives qui distinguent l'homme du Paléolithique de celui d'aujourd'hui, et au-delà des différentes philosophies qui différencient les diverses religions, la religion, dans un sens général, pourrait être vue comme «la tentative pour atteindre l'infini ". Un ancien philosophe indien a dit plus ou moins ces mots:

 ".. Les religions sont comme les fleuves, il y a plusieurs façons mais la destination est unique, la mer .."

Toutes les religions ont donc un seul but qui est de se rapprocher Dieu, compris non pas comme Christ, Mahomet ou Bouddha, mais comme:

  Vérité absolue, infinie et cosmique

Cette façon de penser n'est pas le monopole exclusif de certaines philosophies orientales. En 382 (une période où les vieilles conceptions religieuses païennes cédèrent la place aux nouvelles conceptions de la religion émergente), saint Ambroise, alors évêque de Milan, et Quinto Aurelio Simmaco, préfet et consul romain s'opposèrent et entre les deux c'était précisément le païen Symmachus pour se montrer plus tolérant envers le pluralisme religieux, a dit, en fait:

«Un seul voyage ne suffit pas pour atteindre le grand mystère de la divinité».

Ignazio Calogero

[wp_ad_camp_1]

Mythes et légendes cultes de la Sicile antique par Ignazio Caloggero

Mythes et légendes cultes de la Sicile antique

Partage partage
Partager
Partager