Mythes et légendes cultes de la Sicile antique
4.1 Cultes d'origine orientale: Baal

Avec ce nom, qui signifie «maître» ou «seigneur», les Sémites désignaient la divinité masculine, l'esprit de la fertilité masculine.

Incarnation des forces naturelles, Baal était lié à l'agriculture. La divinité, également connue sous le nom de Baal Hammon, était déjà connue en Orient au IXe siècle. BC, et les Carthaginois répandent le culte parmi d'autres peuples de la Méditerranée. Plus tard, avec la romanisation de la Méditerranée, le culte de Baal fut identifié par les Romains à celui de Saturne et par les Grecs à celui de Cronos.

Lorsque la Phénicie passa sous l'hégémonie des Juifs, le dieu des peuples pré-israélites était associé au diable, hostile à la divinité adorée par les Juifs. Le nom Baal-Zébuth,  signifiant "seigneur des mouches", [1] a été remplacé en premier, sous la forme méprisante de Baal-Zébul qui signifiait "seigneur de la bouse" et enfin en Belzébuth, nom par lequel le seigneur des démons était indiqué. Il a également été appelé par les Juifs "Moloch», Qui en hébreu signifie« roi de l'ignominie », en raison des sacrifices humains qui lui ont été offerts et qui ont vu les enfants comme des victimes innocentes. 

Baal-autel

Le sacrifice a eu lieu dans des sanctuaires ouverts et fermés appelés «Tofet», où les urnes contenant les restes d'enfants incinérés ont été enterrées.

tophet

Tofet ont été trouvés à Carthage, en Afrique punique, en Sicile un Motya [2] et aussi en Sardaigne.

mozia-il-tophet

Le sacrifice concernait les premiers-nés des familles les plus nobles, même si, souvent, des subterfuges étaient utilisés pour les épargner: en effet, l'habitude encore plus barbare d'acheter ou de kidnapper des enfants étrangers nourris puis sacrifiés à la place d'enfants n'était pas rare. vrai.

Diodore Siculus (lib. XX.14) nous raconte que lors du siège de Carthage, qui eut lieu par Agatoclès en 310 av.J.-C., les Carthaginois se reprochèrent d'avoir abandonné la tradition en sacrifiant des enfants étrangers et, voyant l'ennemi aux portes, se hâtèrent de demandez pardon aux dieux en sacrifiant deux cents enfants choisis parmi les familles les plus importantes de la ville.

Les victimes innocentes d'une telle barbarie ont été sacrifiées avant d'être incinérées. Diodoro en parle:

"A Carthage, il y avait une statue en bronze de Cronos, les mains tendues, la paume relevée et inclinée vers le sol, de sorte que l'enfant, reposant dessus, roula et tomba dans une fosse pleine de flammes".

On pensait que les Tophets ne servaient pas seulement de sanctuaire pour le sacrifice de petites victimes, mais aussi de nécropole. Cela serait étayé par le fait que, dans une période où la mortalité infantile devait être élevée, il n'y a aucune preuve, dans les nécropoles officielles, d'enterrements réguliers de nouveau-nés.

Pour expliquer la signification de ce type de sacrifice, on a émis l'hypothèse qu'il servait à renouveler l'énergie divine par le sang des meilleurs enfants. Le feu aurait donc donné une nouvelle vie divine aux enfants sacrifiés, allégeant ainsi la douleur des parents.

Les êtres humains n'étaient pas toujours immolés dans le Tofet, parfois des agneaux ou d'autres petits animaux étaient utilisés à la place, comme en témoigne, dans le Tofet di Motya, les découvertes de sept couches de dépôts d'urnes cinéraires contenant les restes de sacrifices, dont certains d'animaux [3]. Les restes indiquent que le Tophet a été utilisé à partir du VII. seconde. BC, et que l'utilisation a continué même après l'abandon de l'île, qui a eu lieu après 397 avant JC.

En 1825, à Solunto, une grande statue hellénistique représentant Baal Hammon a été trouvée, exposée au Musée de Palerme [4].

Un autre témoignage du culte de Baal se trouve à Marsala, l'ancienne Lillibeo, où a été trouvée une stèle qui, en plus d'une inscription en punique dédiée à Baal, représente une offrande à la divinité et quelques symboles de la religion phénicienne. punique[5]. La stèle se trouve maintenant au musée archéologique régional de Palerme.

[1] Ambrogio Donini: Une brève histoire des religions p.26

[2] L'ancienne ville de «Motia» est située dans l'îlot actuel de S. Pantaleo juste au nord de Marsala, à environ 1600 m. de la côte.

[3] Vincenzo Tusa et Ernesto De Miro: Sicile occidentale p.56.

[4] Filippo Coarelli et Mario Torelli: Sicile «Guides archéologiques Laterza» p.41.

[5] Vincenzo Tusa et Ernesto De Miro: Sicile occidentale p.29

 

Ignazio Calogero

[wp_ad_camp_1]

Mythes et légendes cultes de la Sicile antique par Ignazio Caloggero

Baal

 Baal

 

Partage partage
Partager
Partager